à Pressac
L’église Saint-Just à Pressac

Sa construction en pierre jaune locale, porte les traces d’une longue. et mouvementée histoire ; elle dispose d’une nef romane voûtée en berceau sans bas côté ni transept. Des élèments de défense ont été ajoutés lors de la guerre de Cent Ans (surélévation des combles et deux bretèches au-dessus des portes latérales).

D’autres transformations eurent lieu plus tard, notamment un ajout de contreforts extérieurs au XVème siècle, un choeur et un arc gothique lors des guerres de religion. A la fin des années 1850, un nouveau clocher fût édifié avec une restauration intérieure.

eglise-st-just-a-pressac-1

Attestée dès 1180, l’église st Just, construite en pierre jaune locale, porte les traces d’une longue histoire.
La nef romane, sans transept ni bas-côtés, est voûtée en berceau. Un espace défensif mis en œuvre par la surélévation des combles et deux bretèches au-dessus des portes latérales, témoignent de la guerre de 100 ans.
La fin des années 1850 vit une restauration intérieure et l’édification d’un nouveau clocher.


La nef
La voûte en berceau surbaissé est portée par des doubleaux retombant sur les chapiteaux des colonnes engagées dans les murs Nord et Sud. Une banquette de pierre, servant de support aux bases des colonnes, court le long de ceux-ci.
eglise-st-just-a-pressac-4


Le chœur
Reconstruit en 1563 après les dégâts infligés par les protestants, il est voûté, d’une seule croisée d’ogives. Deux fenêtres romanes l’éclairent au Nord et au Sud et une fenêtre ogivale flamboyante à deux baies illumine son chevet plat.


La façade
Divisée en 3 parties par 2 contreforts plats. La porte centrale était encadrée par 2 arcades aveugles dont subsiste celle de droite en partie masquée.
eglise-st-just-pressac


Les sculptures
L’archivolte en arc brisé à 3 rouleaux est orné de motifs géométriques, palmettes et rosaces lui donnant l’aspect d’une pièce d’orfèvrerie. Les piédroits sont des colonnes monolithes dont les chapiteaux portent des monstres. Les modillons couvrent l’éventail du bestiaire roman ; griffon, chimère, basilic. On découvre aussi des sujets originaux tels « l’âne qui lit » et l’ivrogne qui boit au tonneau ».
eglise-st-just-a-pressac-3

eglise-st-just-a-pressac-2


Le miracle du 2 avril 1643
Ce jour là, un incendie se déclare dans la chapelle Notre-Dame, où reposait le Saint Sacrement, le feu prenant aux étoffes du reposoir. La coupe du calice fût retrouvée fondue alors que l’hostie qui y était conservée, a été épargnée par la chaleur et l’incendie.

Mots clés: